L’ouragan Sandy a constitué une prise de conscience pour de nombreuses personnes vivant le long de la côte est des États-Unis. L’impact a intensément été ressenti dans des endroits comme Long Beach Island, une île barrière, ou «barre sableuse», de 17 milles. Alors que Long Beach Island a connu bien des tempêtes dans le passé, les tendances de développement des dernières décennies ont accru la vulnérabilité de la communauté. Le rétablissement a été un processus lent et frustrant pour beaucoup et a soulevé des questions sur la façon de planifier pour l’avenir. La côte du New Jersey, un des littoraux les plus densément peuplés des États-Unis, fait face à des défis additionnels, notamment, l’érosion continue, la pollution et l’élévation du niveau de la mer. Par exemple, les ramasseurs de palourdes qui fournissaient autrefois un approvisionnement apparemment sans fin aux touristes ont énormément souffert après Sandy. Ils sont maintenant préoccupés par les impacts de la pollution sur leur vie et par la protection de cet ouvrage longitudinal vivant. Des projets d’ingénierie côtière coûteux incluant les épis, des jetées, des ouvrages longitudinaux et la reconstitution des plages sont des techniques qui ont été reproduites dans le monde entier. Mais nombreux sont ceux qui critiquent l’imitation des méthodes du «New Jersey» sur les rives mondiales et qui prétendent que le développement continu et la consolidation de nos rivages ne sont pas des méthodes durables pour aller de l’avant. Quelles sont les solutions les plus durables? Qu’est-ce que Superstorm Sandy nous a enseigné au sujet du rôle critique de la communauté dans les efforts de rétablissement? Comment les zones humides saines protègent-elles également les communautés riveraines? Comment les éditeurs, les écrivains, les éducateurs, les environnementalistes, les conservateurs de musée et les surfeurs travaillent-ils ensemble pour sensibiliser et créer des communautés plus résilientes?
HISTOIRES DU NEW JERSEY